Sélectionner une page

Être Papa en devenir, c’est tenter de s’en rendre compte, alors que rien ne change en nous. On est comme spectateurs de ce petit miracle de la vie, et bien qu’on ait participé activement -enfin je suppose- à celui-ci, et bien… C’est pas ici que ça se passe. Alors oui, passé quelques mois, on a le bonheur de sentir notre tout petit toquer dans le ventre de Maman. Et même si c’est extrêmement plaisant, ça n’ira jamais plus loin que ça !

Être Papa, c’est supporter Maman pendant environ 9 mois, autant dans le sens épauler/aider, que subir les tourments d’une femme pour qui tout est en train de changer, y compris son corps. Alors oui, on essaie tant bien que mal de se faire pardonner de n’être que spectateurs de ce petit miracle de la vie, en acceptant tous les désirs les plus saugrenus, même si on doit changer des plans si cela concerne une tablette de chocolat au lait, avec des noix de pécan. Un Dimanche. A 23h.

Être Papa, c’est -pour moi- avoir cette espèce de double frustration de ne pas pouvoir aider à soulager de tous ces problèmes, et à la fois de ne jamais savoir ce que ça fera d’avoir un petit être qui grandit en soi (Enfin visiblement, c’est surtout donner envie d’aller aux toilettes, jouer au punching-ball sur l’estomac, et faire consommer des litres de Gaviscon, pour les « moins pire » !)

Être Papa, c’est souvent travailler alors qu’on se dit que « C’est peut-être aujourd’hui ? Peut-être maintenant », avoir les idées totalement ailleurs alors que les collègues, la hiérarchie en attend toujours autant de cet homme pour qui la vie va bientôt prendre un tournant radical à 9600°.

Être Papa, c’est être enfin utile le jour J, l’instant T, le moment M. On va enfin pouvoir faire quelque ch… Euh, bah non, en fait. La plupart du temps, ce qu’on se résume à faire est de poser des questions stupides, essayer de faire de l’humour à quelqu’un qui voudrait bien nous arracher les yeux à ce moment là, et à donner la main pour se la faire broyer, histoire de faire comme on a tous vu à la télé. (Pour ceux qui n’ont pas tourné de l’oeil, qui ne sont pas restés coincés dans le sas stérile, ou qui sont restés coincés au boulot sur une urgence, ou sur la route en essayant de venir… :/)

Être Papa, c’est maintenant, ça y est ! Bon, ok, c’est Maman a fait tout le boulot, mais tant pis, maintenant, c’est à nous ! On va pouvoir assister à la marche réflexe, aux premiers examens, donner les premiers soins pendant que Maman se repose ! Oui, enfin à condition que l’établissement prévienne et implique le Papa dans ces choses-là … Et visiblement, quand on est Papa, on devrait s’en foutre et laisser Maman faire tout ça. On en arrive même à être mal vu quand on veut venir le lendemain à 8h pour donner le premier bain, parce que “les visites c’est à partir de 14h”. Sérieusement ? Quel Papa ne se pointe qu’à 14h pour voir ses 2 merveilles ?

Être Papa, comme on le veut, ça commence à la maison, on comprend alors que c’est enfin là que notre rôle va vraiment prendre son sens ! On se rappelle alors de ce qu’on a vécu dans notre enfance, de ce qu’on a appris, et puis, à 2 (pour ceux qui ont cette chance), on se débrouille dans cette nouvelle aventure …

Être Papa, c’est se mettre sur les épaules une pression de “chef de famille” dont on entend parler partout. C’est penser « principes éducatifs », « règles à la maison » et « Comment nourrir ma tribu Vol.2 Pour Les Nuls ». Mais attends, c’est pas du tout ça, c’est n’importe quoi, déjà chef, quand tu as une femme à la maison, tu oublies (Laisser les Mamans croire qu’elles ont raison est tellement plus facile, puis tu vas vitre comprendre qu’avec les enfants, cette « connerie » d’instinct maternel, bah … Ça te surclasse, direct. C’est comme ça, contrairement à beaucoup d’autres sujets, sur les enfants, Maman aura rarement tort …!)

Être Papa, ça peut être bien plus léger que ça en fait, pourquoi se compliquer autant la vie …?

Être Papa, c’est échanger avec Maman pour savoir ce qu’on fait, comment on s’y prend, et établir des règles communes, qui vont à tout le monde.
Être Papa, c’est soutenir sa famille autant qu’on peut se reposer sur elle.
Être Papa, c’est être un avion, un cheval, un trampoline, un monte-charges, un clown …
Être Papa de filles, c’est paniquer à l’idée qu’elle fréquente des garçons et avoir déjà des envies de baston quand elles te disent qu’elle ont un amoureux alors qu’elles n’ont que 4 ans.
Être Papa, c’est être vu d’un oeil amusé quand on va chercher sa fille en trottinette rose à l’école.
Être Papa, c’est mettre près de 5 ans pour enfin réussir à faire une queue de cheval (à peu près droite, j’entend)
Être Papa, c’est construire les jouets, toujours. Pourtant la plupart du temps, y’a tout pour les monter dedans, et on a jamais passé de diplôme d’ingénieur en montage de jouets.
Être Papa, c’est tuer des méchants, des loups et des monstres inexistants.
Être Papa, c’est rigoler en essayant d’être machiste, tout en étant aussi profondément féministe.
Être Papa, c’est courir à s’en donner des crampes derrière un vélo qui part un coup à gauche, un coup à droite.

Mais être Papa aujourd’hui, c’est aussi se retrouver face à plein d’inégalités …

Être Papa, c’est partir avec un réel handicap si une garde des enfants doit être discutée.
Être Papa, c’est ne pas être représenté sur des réseaux “parentaux” qui ne s’adresse principalement qu’aux Mamans.
Être Papa, c’est être secondaire sur un rattachement à la Sécurité Sociale, même si c’est plus avantageux pour les enfants.
Être Papa, c’est n’avoir que peu de congés paternité, alors que Maman aurait tellement besoin d’aide à ce moment là.
Être Papa, c’est être pointé du doigt quand on pose un congé parental.
Être Papa, c’est parfois être moqué parce qu’on nettoie, on s’occupe des enfants, au lieu de faire des tâches plus “masculines” #AgeDePierre

Finalement, être Papa, c’est comme être Maman, en si peu différent.
Arrêtons de distinguer « Maman » de « Papa » comme nous essayons d’arrêter de distinguer « Homme » et « Femme » sur toutes les questions socio-professionnelles.

Il est temps que nous soyons tous égaux et que nous soyons tous des parents, et pourquoi pas mieux, des TransParents.

Aidons-nous, tous, et laissons entrer dans cette magnifique ronde parentale tous ces Papas impliqués qui sont de plus en plus nombreux et qui n’arrivent pourtant pas -toujours- à se faire une place.

Changeons les idées reçues, affranchissons-nous des clichés …

Et pour toi, c’est quoi “Être Papa” …?