Sélectionner une page
Toi, mon quart…

Toi, mon quart…

Des visions de la vie que parfois tout oppose
Mais des valeurs fondamentales qui nous unissent
Une vie où tout n’est parfois pas toujours rose
Tous ces sentiments avec le temps qui grandissent

Chacun son passé, mais on n’a qu’un seul avenir
Deux magnifiques filles que tu as bien su bercer
On passe beaucoup trop de temps à se sacrifier
Mais quel bonheur d’être ensemble et les voir grandir

On a pas toujours fait les bons choix dans cette vie
Mais j’en veux pas d’une seule autre, sans toi dans l’même lit
Peu importe les galères les trucs qui ne vont pas
Tant qu’on sera toi et moi on s’en sortira

Tu as su m’apprendre ce que je ne savais pas
On a cherché à se comprendre dans tous les cas
Avec toi je peux parfaitement tout entendre
Comme tout dire, on sait qu’on a plus rien à mal prendre

T’es la femme parfaite comme moi le meilleur mari
C’est-à-dire pas du tout, mais en fait on s’en fiche
M’réveiller le matin avec toi me ravit
Je t’admire au naturel, pas besoin de triche.

On a du franchir tant d’obstacles et de barrières
Le meilleur est devant ou à côté de nous
On a pas les mêmes passions, mais l’même rêve fou
De construire au mieux cette famille dont on est fiers

Ça n’aura pas été coup d’foudre ou l’évidence
Mais aujourd’hui qui mieux que toi sait ce que j’pense
Je n’veux qu’cette vie avec toi, scellée par alliance
Que tout le monde sache qu’avec toi ma vie fait sens

Tu ne peux être mon tout, ni même ma moitié
Avec 2 p’tites merveilles, il faudra partager
Tu es mon quart, on ne se sent vraiment complets
Que lorsque nous sommes 4, pas toujours ni jamais.

Parfois on se blesse avec de méchants bêtes mots
D’autres on en peut plus parce que l’on rigole trop
Ça fait maintenant des années que je te mens
Je ne t’aime plus, c’est bien plus fort comme sentiment.

Comment réagir face à un problème ? #Cynefin

Comment réagir face à un problème ? #Cynefin

#CynefinKézako

Comment réagir face à une situation problématique ?

Il existe une méthode très utilisée dans le monde du développement logiciel, mais qui convient parfaitement dans notre rôle de parent 😉

Il s’agit alors de catégoriser la criticité de la situation, afin de réagir selon les meilleurs options se proposant à nous.

4 cas existent : Simple, Compliqué, Complexe et Chaotique.

– Simple

« Tiens, ça ne sent pas très bon par ici … Un petit cadeau dans la couche ? »

Solutions possibles :
« Il aurait dû aller aux toilettes » « Hop, direct au bain » « Je vais attendre que Maman rentre » etc…

On va généralement changer bébé aussitôt qu’on a senti le besoin (c’est le cas de le dire) et on ne passe généralement pas 5 minutes à réfléchir … 🙂

– Compliqué :

« Alleeeeeeeez, mange tes légumes s’il-te-plaîîîîît… » :

Solutions possibles :
« Ne plus lui en faire » « Les recouvrir de sauce » « Lui faire découvrir le légume non cuisiné » « Prendre le temps de faire goûter » etc…

On tend à se renseigner, sur les bonnes pratiques possible, pour tenter de les mettre en pratique, avec éventuellement nos propres essais de solution. On y arrive généralement plutôt bien -moyennant de trouver la solution qui fonctionne dans notre cas 🙂 – et les avis externes peuvent être précieux pour y parvenir rapidement (si c’est nous qui les demandons ! :))

– Complexe :

« Est-ce que tu es heureux ? Je veux que tu aies un bel avenir ! » :

Il n’existe pas de solution directe à ces questions, et nous rencontrons des situations nous amenant à nous les poser quasi quotidiennement. Nous allons chercher à nous rassurer en suivant de grandes lignes directrices, des objectifs que nous nous fixons, volontairement assez lointains pour y aller progressivement, en faisant de nos mieux par petits morceaux, chaque jour …
On s’améliore sans cesse, en recherchant à suivre une ligne qu’on se propose chaque jour et qui peut être modifiée tout aussi souvent, à raison que ça ait un sens pour chacun … 🙂

– Chaotique :

« Oh pu**** ! Y’en a partout ! »

En allant du vomi sur le canapé, au caca dans les draps et sur les barreaux du lit, en passant par le sang sur les mains en cas de chute, pas une seule seconde pour la réflexion.
Qu’est-ce qui s’est passé, pourquoi on en est là ?
Pas le temps de réfléchir, on agit au mieux et c’est l’instinct qui va jouer son rôle. On fait tout pour pouvoir repasser la situation dans un des cas cités ci-avant pour, à ce moment-là, réfléchir à comment éviter, si possible, que ce genre de situation ne se reproduise … 🙂

Avec TransParents​, on s’intéresse aux situations/problèmes « Compliqués » et « Complexes »

La future application s’appuiera sur les idées, astuces, bonnes pratiques que chaque parent utilise pour gérer toutes ses situations problématiques … 🙂
Ensemble, nous pourrions alors tous trouver les meilleurs techniques, les super bonnes pratiques pour qu’on arrête enfin de trop longtemps se poser des questions …!

Prêt(e) pour l’aventure ?

OSBD – La Communication Non Violente

OSBD – La Communication Non Violente

Améliorer les échanges et désamorcer les conflits avec la Communication Non Violente.

Aussi connue sous le nom de modèle OSBD (ORID in english :)), il s’agit d’une méthode de communication reconnue pour permettre de traiter des situations pouvant être problématique de manière structurée pour éviter les conflits.

Comment réfléchir le modèle :

Parent vers Enfant :
O (Observation) : « Je t’ai demandé de ranger ta chambre plusieurs fois depuis tout à l’heure et ce n’est toujours pas fait ! »
Toujours se baser sur des faits concrets, visibles par chacun.

S (Sentiment) : « J’ai l’impression que je parle pour rien et je suis fâché(e) parce que j’aurais vraiment aimé que tu le fasses ! »
Le « Je » est très important car il exprime son propre ressenti, on ne juge pas et on laisse la place au « TU » pour s’exprimer au lieu de penser à sa place.

B (Besoin) : « Je voudrais pouvoir te faire confiance lorsque tu m’assures que tu vas faire quelque chose que tu m’as dit ! »
Comment on aimerait que la situation soit.

D (Demande) : « Tu veux bien ranger maintenant, s’il-te-plaît, et le faire tout de suite les prochaines fois ? »
Poser la question de manière claire, en la laissant ouverte pour engager la discussion.

Enfant vers Parent :
(En fonction de l’âge, bien évidemment, l’orienter en lui posant des questions, où lui apprendre progressivement à s’exprimer à travers le modèle.)

O (Observation) : « Qu’est-ce que tu remarques ici ? »
« J’ai rangé, mais j’ai juste gardé les jouets avec lesquels je suis en train de jouer ! »

S (Sentiment) : « Ca te fait quelque chose que je te demande de ranger ? »
« Oui, je voudrais jouer encore, je n’ai pas eu beaucoup de temps » (frustration)

B (Besoin) : « De quoi aurais-tu besoin pour que tu veuilles bien ranger ta chambre ? »
« J’aurais voulu au moins 5 minutes pour finir mon aventure … »

D (Demande) : « Si je te laisse ces 5 minutes, tu veux bien ranger ensuite ? »
« Oui, je veux bien ! »

Bien évidemment, l’exemple est relativement simple, et cela ne se passe pas toujours comme ça, sans parler de la contrainte de l’âge, notamment ceux où la parole ne permet pas encore ce type d’échanges. Quoiqu’il en soit, il n’est pas interdit, bien au contraire, de se mettre à la place de son enfant pour la deuxième situation … 🙂
Cela nous permet de nous poser les bonnes questions, et à apprendre à voir les choses sous un angle différent.
Les enfants ne sont pas rationnels comme nous le sommes et peuvent ressentir des choses bien autrement que celle que nous pensons percevoir…!

Un outil extrêmement puissant s’il est bien utilisé, et pourtant si simple à comprendre et à tester … 🙂

N’hésitez pas à nous fait vos retours en commentaire 😉